Willy Berquier est depuis plusieurs saisons l’un des éléments clés de Kaysersberg. Le meneur de jeu du KABCA n’est pas pour rien dans la belle saison de son équipe qui vient de décrocher la montée en N1. Willy Berquier est depuis plusieurs saisons l’un des éléments clés de Kaysersberg. Le meneur de jeu du KABCA n’est pas pour rien dans la belle saison de son équipe qui vient de décrocher la montée en N1. Photo L’Alsace/Vanessa Meyer

« Ce qui reste, c’est les titres »

C’est fait ! Kaysersberg a décroché son accession en N1 en s’imposant ce week-end à Tourcoing (75-68). L’occasion d’évoquer ce premier objectif atteint et une fin de saison excitante avec un des piliers du KABCA, son meneur Willy Berquier.

 

À « KB » depuis cinq ans, Willy Berquier est depuis son arrivée un des métronomes de l’équipe. Il fait évidemment partie de ceux qui ont eu un rôle essentiel dans l’ascension programmée du KABCA. Le meneur de jeu espère bien que son équipe ne va pas se contenter de la montée et va encore connaître des moments forts qui vont marquer l’histoire du club.

Willy, la montée en N1 est désormais acquise. Quel est le sentiment dominant ?

C’est vraiment celui du devoir accompli. Le premier objectif, c’était les play-offs. On l’a vu venir, on l’a construit. On est soulagés, mais ça fait un moment qu’on en parlait et ça devenait de plus en plus concret. C’est l’accomplissement de tout un groupe. En plus, ça nous donne l’accession directe à la N1, c’est parfait.

La décrocher sur un match à l’extérieur, c’est un symbole fort ?

Certainement. On y parvient sur ce qui est loin d’être un de nos meilleurs matchs de la saison, peut-être même un des pires. Mais on a su garder la tête froide et mettre les points décisifs à la fin. C’est typiquement le genre de rencontres qu’on perdait il y a quelques saisons. Quand on a des objectifs comme les nôtres, il ne s’agit pas de faire des super-matchs à chaque fois, mais de gagner aussi ceux où on est moins bien.

C’est un aboutissement logique ?

Oui, Je suis arrivé en même temps que Sreten (Cabarkapa) et on a vu le club évoluer, grandir. La première saison, on avait fini dans les 5 premiers. Ensuite, on a gagné cette première coupe de France. Puis, on a participé aux play-offs. Et depuis le mois de mai dernier, on attendait de pouvoir se rattraper de notre élimination. C’est pour ça qu’on a travaillé dur, et maintenant, ça paye et c’est super. On va dire que c’est une suite logique. Le club a grandi à tous les niveaux, que ce soit dans les relations entre joueurs, coachs, dirigeants et partenaires. On était vraiment prêts à aller plus haut.

Cela dit, la saison est loin d’être terminée ?

Non, et c’est cool d’avoir encore plein d’objectifs. D’habitude, quand on joue en N2, un des problèmes, c’est d’être en vacances et démobilisés trop tôt. Honnêtement, à titre personnel, ce que j’aime, c’est jouer des matchs à enjeux. Là, on est encore en course sur plein de tableaux. On n’a plus à réfléchir, il ne nous reste que des matchs importants.

Vous allez tous les aborder avec des objectifs élevés ?

Bien sûr. On a déjà fait une chouette saison, avec des trucs sympas, mais on ne peut pas s’en contenter et se satisfaire juste de cette montée. Avec le groupe, on va essayer de rester invaincus jusqu’à la fin de la saison. Ça commence samedi prochain avec un beau derby contre une excellente équipe du WOSB. On aura aussi un déplacement difficile au Paris Basket et on finira la saison régulière en recevant le deuxième, Récy. Entre-temps, il y a évidemment la finale de la coupe de France qu’il faudra absolument gagner pour ne pas avoir fait tout ce parcours pour rien. Et puis, on abordera les play-offs avec l’objectif de devenir champions de France. La montée, c’est super, mais ce n’est pas un aboutissement, ce qui reste, c’est les titres. Le vrai devoir accompli, ce sera finalement quand on en aura décroché un.

O n entend souvent que vous êtes un groupe qui vit bien. C’est une des raisons de cette belle saison ?

À n’en pas douter. C’est vraiment un excellent groupe. On a eu quelques accrochages en début de saison, mais uniquement liés à nos prestations et à nos problèmes sur le terrain. Pour le reste, on mange ensemble, on rigole ensemble, nos femmes s’entendent bien, tout va pour le mieux.

À titre personnel, vous allez pouvoir aborder tous ces rendez-vous sereinement puisqu’il vous reste un an de contrat.

Oui, mais en ce moment, mon cas intervient peu. On a encore de gros rendez-vous, et contrat ou pas, quand tu gagnes, tout est plus simple.

 

Source : L'Alsace, Guy Thomann

Prochains Matches

Nos Coordonnées

Salle Théo Faller
20 rue des Tilleuls - 68240 Kaysersberg
Tel: 03 89 78 12 39

Salle Bernard Leiber
route de Labaroche - 68770 Ammerschwihr
Tel: 03 89 47 10 07

Vous êtes ici : Accueil Actualités Championnat NM2 « Ce qui reste, c’est les titres »