Il y a des défaites qui font plus mal que d’autres. Celle de Kaysersberg face à Sorgues risque de laisser des traces chez le promu haut-rhinois, tant le gain de la rencontre lui paraissait promis à la mi-temps.

Tout le monde sait qu’on peut perdre un match de basket même en menant de 20 points en début de seconde période. Mais quand ça vous arrive, ça fait tout de même bizarre, et aujourd’hui, Kaysersberg doit avoir un sacré mal de crâne d’avoir laissé échapper (80-85) un match qu’il semblait ne plus devoir perdre pour avoir mené 57-40 à la pause.

Une seule statistique résume le désastre : lors des dix premières minutes, le KABCA a inscrit 37 points, lors des vingt dernières, il n’en a marqué que 23… Les premières analyses sont évidemment d’ordre technique. « C’est rude, mais c’est aussi la dure réalité du niveau, estime Fabien Drago. Je n’ai pas forcément envie non plus d’accabler le groupe parce que ce soir, j’ai vu deux visages : un premier qui me semblait beau, resplendissant même, avec de belles phases de jeu collectives en attaque et en défense. Et puis, en deuxième mi-temps, badaboum, cette défense en face qui passe en zone, cette absence de joueur capable de créer de la percussion, peut-être aussi la légèreté, l’incapacité de donner la balle dans la raquette. Quand on a entre quinze et vingt points d’avance, on est trop en périphérie, on tire trop vite à trois points. Je peux me dire qu’on doit plus travailler l’attaque de zone. En face, ça joue beaucoup sur contre-attaques, peu sur jeu posé. Défensivement, on avait ciblé trois joueurs qui une fois de plus sont présents dans leur registre. On ne doit s’en prendre qu’à nous-mêmes. »

« Je me mets en tenue ? »

En exergue aussi, l’absence d’un joueur capable d’enfoncer le clou. Plus Sorgues se rapprochait, plus chacun avait du mal à prendre ses responsabilités au shoot. Et l’entraîneur de se poser des questions qui dépassent le simple cadre du fameux « apprentissage de la N1 ». « Avec dix-huit ou vingt points d’avance, tu ne dois pas te laisser remonter aussi facilement, ce n’est pas possible. Je pensais qu’avec certains joueurs qu’on a recrutés, ce genre de problème était réglé. Je cherche les éléments qui peuvent stabiliser le jeu. Dans le money-time, Jermel (Kennedy) perd deux ou trois ballons. Si je ne peux plus me permettre de laisser mes joueurs-cadres sur la fin de match parce qu’ils ne peuvent pas la gérer, qu’est-ce que je fais ? Je me mets en tenue ? La balle était glissante, OK, mais elle était glissante pour tout le monde. Willy (Berquier) était de retour, mais pas à 100 %. Alors est-ce que je dois le laisser en fin de match ou pas ? Ce soir (samedi) , mes choix ne sont pas validés parce qu’on ne gagne pas ! »

« On n’est pas des tueurs »

De son côté, Elson Mendy, auteur d’une première période de feu, résumait un autre manque de son équipe actuellement. « On n’est pas des tueurs, c’est tout ! Il fallait continuer à jouer comme en première mi-temps… sauf qu’on ne l’a pas fait, et que chacun a voulu marquer des points et jouer tout seul. Si on ne joue pas en équipe, ça ne passe pas. Au troisième quart-temps, on a fait n’importe quoi. Il faut aussi qu’on soit plus durs en défense. On va en discuter et travailler. Ce match-là est derrière nous, on passe au prochain. »

S’il n’en faisait pas une cause prioritaire de la défaite, l’entraîneur du KABCA était aussi remonté contre l’arbitrage, en référence à quelques coups de sifflet litigieux en fin de rencontre. « Ce n’est pas parce qu’on est promu qu’on peut se permettre de siffler tout et n’importe quoi contre Kaysersberg, de privilégier et protéger une équipe comme Sorgues. La différence s’est aussi faite par un manque d’égards et de respect de la part du corps arbitral. »

Il va désormais falloir rapidement “switcher” sur un déplacement compliqué à Saint-Quentin. « Maintenant, on est en retard sur notre planning. Pour le moral, c’est compliqué. On sait où ça ne va pas et sur quoi on doit progresser. Il y a un autre match samedi. Éventuellement, les joueurs déçus qui pensaient plus pouvoir aider l’équipe auront une autre opportunité pour le faire. »

 

Source : DNA, Guy Thomann (https://c.dna.fr/sports/2018/10/15/presque-irreel)

Les chiffres

Résultats

Équipe1234TRésultat
Kaysersberg Ammerschwihr3225121180Défaite
Sorgues1723222385Victoire

Kaysersberg Ammerschwihr

# Joueur MIN PTS 2PR 2PT 2P% 3PR 3PT 3P% LFR LFT LF% RO RD REB Pd BP INT Co Fco Fpr EV
4Hugo BOURBLANC0:0000000000000000000000
5Willy BERQUIER33:161042200.02540.000023562204120
6Arthur BUTTNER1:1000000000000001000001
8Kevin WALTER15:5460002825.00000110000101
10Jonathan GODIN31:5112010.03650.03475.002271201517
11Elson MENDY28:21196966.7030.077100.015622115521
12Amadou DIAGNE27:4963560.000000006612103210
30Jermel KENNEDY36:44185955.62540.02366.714546001213
77Laurian TARRIS13:5573650.0010.011100.02461400516
92Alioune TEW11:002020.00002450.02240101122
 Total200:0080213461.892832.1151978.9827022186221180

Sorgues

MIN PTS 2PR 2PT 2P% 3PR 3PT 3P% LFR LFT LF% RO RD REB Pd BP INT Co Fco Fpr EV
20085244751.172231.8161888.98263422121041821103