« Il faut garder confiance en nous »

Si Kaysersberg s’enfonce au niveau du classement après sa nouvelle défaite de 22 points en N1 chez le coleader Saint-Quentin (87-65), on ne s’alarme pas côté alsacien. Le coach Fabien Drago aurait même tendance à rester optimiste.

Il est vrai que le KABCA va entamer, à partir de vendredi, une partie de calendrier face à des adversaires plus à sa portée, mais contre lesquels il n’aura plus de joker. L’entraîneur Fabien Drago ne le sait que trop bien au sortir du cinquième revers de rang du KABCA à Saint-Quentin.

– L’écart de 22 points reflète-t-il la différence entre les deux équipes ?

– Très honnêtement, le sentiment, c’est qu’il n’y avait pas 20 points. Je pense qu’il se situait plus autour de 10 points. Cela dit, Saint-Quentin est peut-être la plus belle équipe de la poule et elle est formatée pour la Pro B.

« Ce serait bien qu’on aille chercher deux victoires contre Aubenas et Récy »

– L’arbitrage a-t-il eu une influence sur la rencontre ?

– On a eu le même arbitre que la semaine dernière, qui nous a pénalisés. On n’a pas droit aux mêmes égards que les autres depuis le début de la saison. On n’est pas respectés. On sent la différence entre une grande équipe de N2 et une petite équipe de N1. C’est plus facile de nous pénaliser. Le tournant du match, c’est quand Elesson (Mendy) prend un coup sur le genou et se fait siffler en même temps sa troisième faute !

– Le secteur intérieur souffre-t-il de l’absence d’Abdoulaye Ndiaye ?

– Bien sûr. Avec la blessure d’Abdoulaye Ndiaye, on n’a plus qu’un seul intérieur (le pivot est arrêté pour l’instant jusqu’au 31 décembre, ndlr). Alioune (Tew) a fait un match intéressant et courageux, mais ne peut pas tout assumer. En attendant, l’idéal serait qu’on puisse prendre un joueur jusqu’en fin d’année, mais je ne sais pas si c’est possible.

– Malgré la défaite, “KB” peut-il espérer des jours meilleurs ?

– Oui. Même si les statistiques ne le reflètent pas forcément, on s’était fixé des objectifs qu’on a remplis. On a de bonnes raisons d’être optimistes et confiants. D’habitude, on encaisse beaucoup de points sur le jeu rapide. Là, on a réussi à limiter le débours à une dizaine. Et puis, on a réussi à prendre le rebond défensif à plus de 75 %, c’est vraiment important. Et on a aussi limité nos pertes de balles. On est sur la bonne voie.

– Est-ce que les cinq revers de suite ne commencent pas à peser dans les têtes ?

– Bien sûr, ça ne fait pas plaisir. Mais c’est aussi sur l’adversité qu’on forge une équipe. On a joué contre des gros et on a perdu, mais on voit qu’il y a des choses intéressantes. En fait, c’est un apprentissage accéléré sur les matches à venir. C’est important parce qu’on va rentrer dans un championnat où les victoires vont compter double.

– Les prochaines échéances sont-elles déjà cruciales ?

– Ce serait bien qu’on aille chercher deux victoires contre Aubenas et Récy, ça nous relancerait totalement. L’avantage, c’est que tout va vite et qu’on n’a pas le temps de se poser des questions ou de pleurnicher. On doit travailler et rester concentrés. On savait que le championnat serait long et difficile. Mais tout peut basculer très vite et tourner à notre avantage.

Source : DNA, Guy Thomann. (https://c.dna.fr/sports/2018/10/23/il-faut-garder-confiance-en-nous)