C’est une équipe de “KB” très diminuée qui se rend à Boulogne-sur-Mer pour y affronter des Nordistes irrésistibles en ce moment.

C’était « la perf’» de Kaysersberg lors du début de saison. Après sept défaites de rang, le KABCA avait battu Boulogne d’un petit point (83-82) dans une salle Faller en ébullition. Une victoire inattendue sur un des favoris de la poule.

Mais depuis début novembre, le vent a tourné à plusieurs reprises. D’abord pour “KB”, à la façon d’une girouette, avec des courants très favorables en décembre, puis de nouveau de fortes rafales contraires depuis peu.

Mais, surtout, à l’issue de ce revers en Alsace, le SOMB avait changé de capitaine et de second, et depuis il fait souffler un avis de tempête sur ses adversaires.

Un équipage décimé

Si les paquebots genre “Souffel” et Saint-Quentin y ont résisté (les deux seules défaites de Boulogne lors des 12 derniers matches), les rafiots moins bien équipés ont coulé corps et âme. Lors des trois dernières journées, Besançon, Recy et Aubenas ont explosé sur l’échelle de Beaufort avec des vents respectivement de force -40, -25 et -24 !

« Ils ne perdent plus et sont maintenant dans leur standard, estime Amadou Diagne. Ils font leur job pour être dans le top cinq. »

Malheureusement, “KB” risque d’essuyer lui aussi un grain dévastateur. Son équipage est en effet décimé. Les Haut-Rhinois se déplacent sans leur quartier-maître Drungilas, suspendu, alors que Tarris est toujours indisponible (entorse à la cheville). Dernière avarie en date, et cruel clin d’œil du destin au moment où son ancien maître d’équipage Berquier a décidé de prendre le large, son successeur à la barre, Jonathan Godin, s’est lui aussi fait une entorse au genou lors de l’entraînement de jeudi soir. Il est au repos pour au moins une semaine et va passer une IRM pour en savoir plus.

La mène va dès lors être confiée au mousse Buttner, avec un groupe réduit à huit joueurs (*). « On va essayer d’y aller sans pression, indique un Fabien Drago fataliste. Il faut qu’on accepte l’idée que c’est une période moins faste en attendant le retour des blessés. On ne va pas se prendre la tête. Je vais en profiter pour donner du temps de jeu à José (Djadjo) et Arthur (Buttner). À eux d’en profiter pour nous surprendre agréablement. »

Parmi les survivants, Amadou Diagne ne dit pas autre chose : « Qu’est-ce que vous voulez faire ? En tant que sportif, c’est un déplacement comme un autre et on joue chaque match pour le gagner, même si ça va être chaud et très compliqué. Tout le monde nous donne clairement perdant. On va essayer de tenir le plus longtemps possible et on verra bien. On fera ce qu’on pourra. »

« On ne va pas jouer le maintien sur ce match »

Les Vignerons risquent quand même d’être ballottés sévèrement au palais des Damremont où le mal de (Boulogne-sur-) mer les guette. Il reste juste à espérer que l’expédition ne se transforme pas en naufrage complet et que le retour ne s’effectue pas sur le Radeau de la méduse.

L’objectif principal sera avant tout de ramener tout le monde à bon port, histoire de pouvoir remettre le navire à flots rapidement. « On ne va pas jouer le maintien sur ce match, affirme Diagne. Il nous reste encore quelques points à grappiller pour nous sauver, il faudra les chercher notamment à domicile. »

Dès le retour du Nord, il faudra en effet se préparer à repartir à l’abordage dès le week-end suivant contre Andrézieux où le moindre trou dans la coque pourrait alors avoir des conséquences beaucoup plus dommageables qu’une défaite annoncée à Boulogne…

Source : DNA, Guy Thomann (https://c.dna.fr/sports/2019/02/02/avis-de-tempete)