C’est bon pour le moral

Gries/Oberhoffen, le MPBA et Souffelweyersheim (deux fois) avaient tous mis à mal Kaysersberg en match amical. Même s’il s’agissait d’adversaires redoutables, cette série commençait à peser dans les têtes des joueurs. La victoire contre Mulhouse/Pfastatt mardi a donc fait du bien à tout le monde.

Après quatre tentatives infructueuses, Kaysersberg a donc enfin remporté une rencontre de préparation, face à Mulhouse/Pfastatt (90-86). Sans en tirer des enseignements, excessifs, cette victoire fait du bien au moral du KABCA. C’est en tout cas le sentiment de Laurent Bicart, l’entraîneur-adjoint, qui avait pris place sur le banc en l’absence de Fabien Drago, pour des raisons professionnelles.

« KB » a réussi sa meilleure prestation depuis la reprise ?

C’était en effet un vrai match de prépa contre une grosse équipe de Mulhouse. On a eu une entame un peu compliquée, mais ensuite, les joueurs sont restés concentrés. On est dans la continuité du gros match qu’on avait réussi à « Souffel » le week-end dernier. Il y a eu de très bonnes choses. La première, c’est la combativité et l’engagement de nos joueurs. Ensuite, on a pris des options par rapport à des principes de jeu qui ont payé. Ça nous conforte dans ces choix. On avait des objectifs qu’on n’a pas tous tenus, mais le plus important, c’était aussi d’acquérir un capital confiance.

L’équipe a notamment fait preuve d’une grosse adresse à 3 points.

Tout ce qui concerne l’adresse comporte une part d’imprévisible. On était derrière au score, et on a alors mis des gros shoots qui nous ont transcendés. Cette réussite à 3 points est due à un gros travail de fixation, notamment l’axe Rosaire (Malonga)- Karolis (Brusokas) qui ont permis de concentrer le jeu sur ce secteur. Ça a libéré notamment Jonathan (Godin) et Kevin (Walter). Mais c’est surtout un travail collectif qui commence à payer.

On sent une progression match après match

On savait que qu’en partant sur une préparation à 5 semaines, on serait plus courts que nos concurrents. On monte en pression, en intensité. Ce soir, les choix de rotations étaient moindres. Ce n’est pas une volonté de brider certains. Mais à un moment donné, on est à la recherche d’un collectif, de joueurs qui vont performer sur le money-time. On a fait le choix de jouer la gagne.

Quelle importance accorder à ce succès ?

Une valeur relative, bien sûr, puisque c’est un match de préparation. Mulhouse a quand même mené un bon moment dans la partie et s’est peut-être montré un peu suffisant. Il ne faut pas tirer trop de conclusions de cette victoire. Pour l’instant, le plus important c’est le travail et on veut surtout être prêts pour Rueil. Maintenant, l’objectif n’est pas de gagner les matchs amicaux, mais notre premier match de championnat, et pourquoi pas de rêver à un exploit en coupe de France face à Nancy

Lors de ces 40 minutes, on a eu un aperçu des fameuses valeurs de « KB » ?

On a retrouvé un peu le « KB » de la Nationale 2, où on ne lâchait rien, c’est très positif pour l’avenir. On a eu deux épisodes qui nous ont ralentis et un peu ébranlés, les blessures de Colton (Weisbrod) et David (Acker) qui nous manque beaucoup dans la raquette. Mais notre moral n’a jamais été atteint. Toute l’équipe, le staff, Fabien (Drago) en premier, on est tous là et disponibles pour faire gagner Kaysersberg. « KB ensemble », c’est un cri qu’on ne fait pas par hasard. C’est un cri important pour nous, parce qu’on est un groupe, on va vivre ensemble pendant 10 mois. C’est plus important que tout. Bien sûr, il peut y avoir des périodes de doute, mais on ne va rien lâcher et défendre ces valeurs.

Source : L’Alsace, Guy Thomann / Photo : Vanessa Meyer

Translate »