Sreten Cabarkapa, le retour du guerrier

Deux ans après avoir contribué à la montée en Nationale 1 du KABCA, Sreten Cabarkapa est de retour à Kaysersberg pour contribuer à stabiliser le club en troisième division.

C’était presque écrit. Au moment de quitter le Kaysersberg ABCA sur une montée en Nationale 1, Sreten Cabarkapa n’avait eu que des mots doux pour son futur ex-club. Et on pouvait imaginer sans mal que l’histoire entre l’intérieur serbe et le club haut-rhinois pourrait reprendre là où elle s’était arrêtée, si l’occasion se présentait.

Une proposition qui « a réveillé beaucoup de souvenirs »

Deux ans sont passés depuis, et ce moment est venu. La déception a été digérée d’un côté et le contexte actuel a favorisé un retour aux sources de l’autre. « Avec le recul, même si sur le moment j’ai eu un goût d’inachevé, je me dis qu’après quatre ans je n’étais peut-être pas prêt à continuer, nuance l’ailier fort. Avec “KB”, je n’ai eu que des résultats positifs, j’ai accompagné la progression du club, j’ai vécu des belles choses à la salle (Théo-Faller). Alors quand Fabien (Drago, le coach) m’a fait une proposition, ça a réveillé beaucoup de souvenirs en moi. Ça m’a un peu chamboulé. »

La première idée de Sreten Cabarkapa était de poursuivre au WOSB – « on avait un super groupe » -, club avec lequel il aurait très bien pu monter en Nationale 1 cette saison si le coronavirus n’en avait pas décidé autrement. Mais son côté « compétiteur » et un brin de nostalgie l’ont incité à changer à nouveau de département. L’accueil qu’il avait reçu de la part du public, des dirigeants et du staff lors d’une visite courtoisie en 2020, pour assister à un match de saison régulière du KABCA, l’avait déjà convaincu qu’il faisait toujours partie de la famille.

Chez les Vignerons, on se réjouit du retour du guerrier, une « valeur sûre » pour animer la raquette en compagnie de Melvyn Govindy. Dans le contexte de crise qu’induit l’épidémie de Covid-19 (voir encadré) , “KB” cherche à réduire les incertitudes au maximum tout en se constituant un cinq de base de qualité.

« On cherchait un poste 4 moderne, adroit à mi-distance, présent au rebond et en défense, qui pourrait être dans la collaboration avec Govindy tout en pouvant dépanner au poste de pivot, énumère l’entraîneur Fabien Drago. On voulait aussi quelqu’un avec du caractère et un mental d’acier. C’est un sérieux client qui revient. »

Après son départ, Sreten Cabarkapa n’a jamais coupé les ponts avec le KABCA. Photo Archives DNA /Laurent HABERSETZER

« Une des locomotives de l’équipe »

La petite incertitude concerne l’âge, bientôt 36 ans, de Sreten Cabarkapa. Le Serbe sera-t-il capable d’encaisser physiquement ce retour en N1, lui qui y a joué sous les couleurs du Puy et de Rueil voilà une décennie ? « J’en suis convaincu, assure le technicien haut-rhinois qui a tenu à le faire signer pour deux saisons. Avec (le meneur) Dovydas (Redikas) , il va être une des locomotives de l’équipe. »

« Ce sera à moi de m’adapter, poursuit “Sret”. J’ai déjà l’expérience de la N1, je sais que cela demande plus au niveau de la récupération. Et plutôt que d’être dans un cocon, je préfère me challenger. Sportivement, le projet de “KB” est très intéressant. »

Après avoir soulevé en 2016 le Trophée Coupe de France , le double mètre serbe compte bien vivre d’autres émotions fortes avec le KABCA. Et pourquoi pas y terminer sa carrière ? Ça aussi, c’est peut-être écrit…

Un recrutement qui avance

Petit à petit, le Kaysersberg ABCA est en train de constituer son cinq majeur. Il en a déjà trois éléments avec le meneur Dovydas Redikas et ses intérieurs Sreten Cabarkapa (ailier fort) et Melvyn Govindy (pivot). Les postes 2 et 3 pourraient être pourvus par des joueurs polyvalents. Le club haut-rhinois doit faire avec un budget contraint, conséquence de l’épidémie de coronavirus.

« On a rentré 70 % de notre budget prévisionnel, fait savoir l’entraîneur Fabien Drago qui sait son droit à l’erreur plus que réduit dans le recrutement. Je veux constituer un cinq de base costaud avant toute chose. On ne prend pas de risques, on ne joue pas à la roulette russe. Avec Sreten, on a pris quelqu’un qu’on connaît et qui connaît parfaitement la maison. »

De l’effectif bancal constitué en 2019-2020, quels autres joueurs resteront ? Hugo Bourblanc, Arthur Buttner et Maxime Days ont déjà rempilé. Pour les autres joueurs, dont certains avaient des responsabilités, l’incertitude devrait être levée prochainement. « Pour le moment, je n’ai pas de proposition à leur faire », conclut Fabien Drago.

Source : DNA, Julien-Thomas Will

Translate »