Le compte à rebours est lancé…

Si elle s’est soldée par une défaite et une élimination, la dernière répétition en coupe face à Lille avant le coup d’envoi du championnat a cependant été enrichissante et laisse présager d’une saison intéressante, dont le premier moment de vérité arrive dès ce vendredi.

En bon compétiteur qu’il est, Fabien Drago était déçu du résultat, mais n’en tirait pas moins des enseignements encourageants avant que son équipe n’aborde les joutes de la Nationale 1. « Je dirais que c’est toujours mieux quand on gagne. Mais on avait parlé un peu par rapport à vendredi dernier contre Mulhouse, et on a mis des choses en place.  La réaction de tous a été très bonne. Rien n’est réalisé, ni réglé, mais on peut se dire qu’on a un sacré potentiel. »

Parmi les points positifs, l’entraîneur s’attardait d’abord sur l’aspect physique de la rencontre : « On leur a tenu tête physiquement, même si on a eu des hauts et des bas, et si à certains moments, on a été un peu dans le dur. Mais c’était préparé et prévu par Dédé, et on a réussi à plutôt bien gérer ces moments. »

“Les cadres ont fait le boulot”

Autre satisfaction, l’état d’esprit : « J’ai vu des cadres solides, solidaires et soudés, qui ont fait le boulot. On avait un plan de jeu qui était de fermer l’espace dans la raquette, et de prendre un peu plus de risques sur leurs tirs à 3 points. Ils ont plusieurs shooteurs à longue distance, donc ça venait de partout. Mais on a fait des stops, on les a poussés à perdre des ballons au bout des 24 secondes, et on a su repartir de l’avant. On meurt à 10 longueurs, mais je pense que le « vrai » écart se situe entre 5 et 10 points. Du coup, on n’était pas si loin. Peut-être qu’on aurait pu espérer mieux avec un brin de réussite et des arbitres un peu moins sympas avec l’équipe adverse. Je n’aurais pas dit non à un arbitrage un peu plus « maison » (sourire)… »

Individuellement, face à Lille, Cameron Naylor n’a pas été très en vue. Il faudra certainement attendre un peu pour le voir s’exprimer pleinement. Normal pour Fabien Drago : « Il se cherche un peu. Mais il n’en est qu’à sa   troisième semaine d’entraînement avec nous. En plus, ce soir, Il avait des maux de ventre. Mais on a vu de belles choses, et que l’équipe puisse bien jouer sans lui, c’est rassurant aussi bien pour nous que pour lui. Quand il aura assimilé tout ce qu’on a besoin de lui montrer, et que lui a besoin de comprendre, on aura une arme supplémentaire ».

En dépit de quelques erreurs, le technicien a également apprécié la prestation de ses jeunes joueurs. « Quand Hugo (Schotter)  et Martin (Imhoff)  sont sur le terrain, il y a encore un peu  de naïveté . Ils nous coûtent quelques points et deux-trois ballons, mais ils sont là pour apprendre et je ne leur en tiens pas rigueur. S’ils sont encore perfectibles, je sais qu’ils nous apporteront pendant la saison. »

Hugo Schotter a précisément pu apprécier un temps de jeu important pour lui et a notamment été aligné lors des 6 premières minutes : « Le coach m’a dit ça la veille du match pour que je puisse me préparer mentalement. C’était une bonne surprise, j’espère que ça se reproduira. En tout cas, je vais travailler pour ! Franchement, j’étais à l’aise, dans le match, je me sentais concentré, peut-être même plus que quand tu rentres en cours de match. J’ai vraiment été présent mentalement tout de suite. Ça m’a permis de bien me concentrer à l’échauffement, de faire les choses bien, step by step ».

Réussir le lancement vendredi

Le jeune intérieur reste cependant conscient des progrès à effectuer : « On apprend, contre des joueurs qui ont beaucoup plus d’expérience, et c’est déjà le cas tous les jours   à l’entraînement. Là, par exemple, je n’ai pas l’habitude de me faire piquer en début de match. J’ai tout de suite senti que j’ai fait quelques erreurs, j’ai dû m’ajuster. Ce sont des choses que je n’avais pas forcément rencontrées auparavant. »

La fusée KABCA a désormais effectué tous ses essais et espère un lancement réussi vendredi. « Notre dernière sortie donne confiance pour se dire qu’on est dans le vrai et qu’on doit continuer comme ça. » Reste que chaque décollage est différent du précédent : « On a perdu, on s’est battus, on a marqué des points, on en a encaissé et je pense que les gens sont repartis contents, mais ce soir…on n’a rien fait. » conclut Fabien Drago. « La vérité c’est qu’il faut tout remettre à zéro, à plat et que vendredi, ce sera un autre match où nous devrons vendre notre peau très cher. Mais j’espère que les gars se donneront comme ce soir et seront récompensés. »

Translate »